Gestion Santé

Retourner à la liste des sujets traités

Gestion Santé : Depuis 2001 une information indépendante et sans conflit d'intérêt au service de votre santé

Faire une recherche Google sur Gestion Santé    Pour être tenu au courant des mises à jour : envoyez une demande par mail à gestionsante@gmail.com

 

Le NAD+ et ses précurseurs, stratégies de complémentation

 

Le NAD un produit qui se confirme comme très prometteur pour augmenter la longévité
Le NAD et ses précurseurs
L'apport direct en NAD+ 
et le NADP (nicotinamide adénine dinucléotide phosphate) ?
L'apigénine comme protecteur de la dégradation du NAD et du MNM
Quels produits choisir et pour quelles indications ?

Le NAD un produit qui se confirme comme très prometteur pour augmenter la longévité

Différentes études ont montré que le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+) cellulaire était fortement corrélé avec la santé et la longévité et que la restauration des niveaux de NAD+ chez l'animal âgé avait un effet de réjuvénation prononcé. Le NAD+ active les bons gènes favorisant la santé cellulaire et tissulaire, favorise une relation optimum entre les mitochondries et la cellule, protège et stimule les cellules souches pour leur permettre de continuer à se dupliquer malgré le vieillissement et participe de façon essentielle à la réparation de l'ADN. On pense qu'il existe un feed-back de renforcement mutuel entre l'augmentation des dommages cellulaires liés au vieillissement et la baisse du NAD+.

En tout cas l'optimisation du taux de NAD+ est l'une des approche simple qui suscite actuellement le plus d'enthousiasme dans la communauté des "life-extensionists". Comme le sujet est assez complexe et que de nombreuses études sont sorties sur le sujet récemment et comme par ailleurs le marché des compléments disponibles pour optimiser le NAD est en pleine évolution, il nous a semblé important de faire un tour d'horizon théorico-pratique de la question pour les lecteur de Gestion Santé .

Le NAD et ses précurseurs

On peut augmenter le taux de NAD+ par l'apport de ses précurseurs, la vitamine B3 sous forme niacine ou de NAM (la niacinamide), de tryptophane ou de façon plus sophistiquée et efficace avec des précurseurs directs, avec du NR : Nicotinamide riboside, du NMN : Nicotinamide mononucleotide) ou enfin tout simplement par l'utilisation directe de NAD+.

Il s'agit de découvertes récentes. Pendant longtemps on a pensé que la biosynthèse de NAD+ se faisait via la B3 ou le triptophane à l'intérieur de la cellule et que des molécules plus complexes comme le NMN ou le NAD+ étaient décomposés en éléments plus simples avant de rentrer dans la cellule. Les très nombreuses études cellulaires et in vivo menées ces dernières années montrent que le NR, le NMN ou le NAD+ pénètrent bien dans de nombreux types cellulaires, même si on ne les connait pas tous, de même que les transporteurs au niveau des membranes ne sont pas tous identifiés et que leur efficacité relative selon les types cellulaires est encore à préciser.

On trouvera dans ce tableau l'ensemble des molécules en rapport avec le cycle métabolique du NAD+. On voit que le NR est un précurseur du NMN. Il en va de même pour le NAM (la B3 sous sa forme niacinamide), mais la biosynthèse via des apports de NR ou de NMN permet d'obtenir des niveaux beaucoup plus élevés de NAD+.

Comme l'explique cet article [notre traduction] « Il existe de nombreuses voies métaboliques par lesquelles le NAD + est produit. Le corps peut le fabriquer de novo à partir du tryptophane ou de vitamines externes, telles que la niacine ou le NR. Plus important encore, le nicotinamide libre [G.S. : la vitamine B3 ou NAM] dans nos cellules, produit par l'hydrolyse du NAD + [G.S. : sa décomposition en éléments plus simples], peut être retransformé en NAD + par la voie de la récupération. Dans cette voie, le NMN est le précurseur direct du NAD +, à un pas enzymatique de lui. » Selon un autre article [notre traduction] cette « voie de récupération apporte 85% ou plus de notre NAD +, avec environ 3 g de NAM métabolisé en NMN, puis en NAD 2 à 4 fois par jour. Nampt est l'étape limitante du processus de récupération. () En vieillissant, l'activité enzymatique de Nampt diminue, ce qui entraîne moins de recyclage de NAM, moins de NAD +, plus de maladies et le vieillissement. »

Autrement dit tout le stock cellulaire de NAD+ est détruit et recréé de 2 à 4 fois par jour et la voie enzymatique du Nampt retransforme la vitamine B3 niacinamide en NAD+ (voir les diagrammes de création "de novo" et par recyclage dans cette page dans la section NAD+ METABOLISM IN HUMANS.

Nous allons maintenant étudier le devenir des précurseurs NR et NMN du NAD+ et la prise directe de ce dernier, sachant que nous excluons ici pour des raisons pratiques la voie par injection, réservée à quelques privilégiés, et que nous étudierons les voies orales et sublinguales (la voie intranasale pouvant être considérée comme une alternative à la voie sublinguale). On considère généralement qu'une fraction significative des petites molécules amenées en sublingual passent directement dans le sang, même le NAD+ malgré sa taille deux fois plus importante que ses précurseurs directs. Compte tenu de la salivation, je suppose qu'une partie de l'apport sublingual ne passe pas dans le sang et se trouve absorbée avec la salive par voie orale, mais je n'ai pas trouvé d'informations documentant le pourcentage de produit passant dans le sang par rapport à la salive. Ce phénomène est particulièrement important pour le NAD+, puisque tout le NAD+ qui est avalé avec la salive est détruit par les acides gastriques.

Le NR, une forme complexe de la vitamine B3, avait jusqu'à récemment la réputation d'augmenter efficacement le taux de NAD+ cellulaire de l'organisme tout en pouvant être pris par voie orale à un prix abordable. Or il s'avèrerait d'après cette étude que s'il est bien efficace pour augmenter le NAD+ hépatique, il ne diffuserait pas sous forme de NR ou de NAD+ en dehors du foie, mais seulement sous forme de vitamine B3. De ce fait, en dehors du foie, il ne serait pas d'un intérêt supérieur à la prise d'un simple complément de vitamine B3 de base pour augmenter le NAD+ dans le reste du corps humain. Le NR par voie orale serait donc loin d'être la panacée annoncée ( Lire : NMN or NR).

En pratique, d'après nos recherches, le stock de NAD+ du coeur est de 90mg/kg, celui du cerveau de 40mg et celui des muscles de 50mg. Je n'ai pas trouvé les valeurs pour le foie, mais elle doivent tourner autour des mêmes valeurs, sachant qu'un foie d'adulte pèse environ 1,5kg. Aussi, une centaine de mg de NR répartis sur la journée devrait largement suffire à saturer le foie en NAD+. Prendre plus est très probablement inutile s'il se confirme que le NR est sequestré par le foie.

En pratique le NR des compléments est stabilisé avec un ion chlore. Cela rend le goût pas spécialement plaisant, mais cela reste quand même tout à fait acceptable en sublingual d'après les tests que nous avons effectués avec des fractions de gélule de NR de Niacel. Toutefois le Niacel contient des excipients et n'est pas une formulation optimisée pour la prise sublinguale. On ne sait donc pas trop si pris en sublingual le NR se comporte comme le NMN ou le NAD+ qui sont bien absorbés et diffusés par cette voie.

En ce qui concerne le NMN qui est un meilleur précurseur du NAD+ dont il est plus proche chimiquement, cette étude semble indiquer que la prise orale butte sur la séquestration hépatique comme pour le NR. Il existe cependant d'assez nombreuses études montrant un effet réjuvénateur important du NMN par voie orale et celui-ci est nettement supérieur aux effets obtenus avec le NR. Une explication de ce phénomène (il y en a peut-être d'autres) est qu'il existe une captation récemment découverte du NMN au niveau de l'intestin grêle qui fait passer une fraction du NMN directement dans le sang, sans passage hépatique. Enfin, par voie orale, le NMN est au moins aussi efficace que le NR pour augmenter le NAD+ hépatique, ce qui veut dire que si une partie du NMN échappe à la voie sublinguale et passe dans l'intestin avec la salive, il augmentera efficacement le NAD+ hépatique ou passera dans le sang au niveau de l'intestin grêle.

Voyons maintenant la question des prix. Il se trouve que le NMN est désormais disponible en poudre sublinguale de même que le NAD+ chez alivebynature. Alive by Nature (que nous avons testé avec satisfaction) a très bien anticipé les évolutions scientifiques et techniques en cours concernant le NAD+. Dernièrement la société a réussi à apporter sur le marché des softgels liposomaux sublinguaux haut de gamme de NMN et de NAD+ à des prix qui restent malheureusement encore élevés. La fraction de ces produits qui passe dans le sang est probablement nettement supérieure par rapport aux formes en poudre.

En prise sublinguale de NMN, (poudre ou mieux sofgel) on est sûr qu'une partie importante de l'apport en MNM passe dans le flux sanguin et apporte aux différents organes des niveaux élevés de NAD+. Il semblait jusqu'à peu que le NMN ne passait pas dans le cerveau, mais il apparaît dans une étude récente qu'en injection et donc probablement par voie sublinguale, le NMN puisse sensiblement améliorer la qualité de la microcirculation du cerveau en améliorant notamment la libération d'oxyde nitrique.

L'apport direct en NAD+ 

La voie orale n'est pas efficace pour le NAD+ la molécule étant détruite pas la digestion. Il faut donc impérativement passer par la voie sublinguale.

Bien qu'il soit une molécule de taille relativement importante, le NAD+ passe la barrière hémato-encéphalique et augmente le taux de NAD+ dans l'hypothalamus avec un effet rajeunissant probable sur le cerveau et les organes, du fait de la fonction de chef d'orchestre de l'hypothalamus en lien avec l'hypophyse pour réguler l'homéostasie de l'organisme et éviter les désorganisations liées au vieillissement (lire ici pour une présentation de ces mécanismesà partir de l'exemple de la metformine).
Un effet neurologique de baisse de l'appétit, d'augmentation de la consommation d'énergie et de brulage des graisses peut être obtenu avec des dosages modestes de NAD+ de l'ordre de 1mg/kg/jour chez la souris (ref). Des doses supérieures peuvent avoir d'autres bénéfices mais compte tenu du coup de la complémentation l'existence de ces effets neurologiques bénéfiques à ces doses vraiment modestes est très important.

En cas d'accident ischémique transitoire une instillation intranasale de NAD+ à 10 mg / kg a significativement atténué les déficits neurologiques associés chez l'animal.

Le NAD+ est aussi capté par les cellules cardiaques. Aux mêmes dosages modestes de l'ordre de 1 mg/kg/jour indiqués précédemment, on constate un effet protecteur dans des situations de stress induisant une hypertrophie cardiaque (ref). Dans le cas de d'infarctus du myocarde chez le rat des doses de 20 mg/kg NAD+ réduisent celui-ci de l'ordre de 85%.

L'effet sur d'autres types de tissus est encore à déterminer.

Par contre les précurseurs du NAD+, le NR et le NMN n'ont pas la même capacité à passer la barrière hémato-encéphalique. Mais il existe encore des incertitudes sur ce point puisqu'une étude récente montre que le NMN agirait sur la microcirculation sanguine cérébrale (en injection et donc en sublingual).

Ces recherches semblent indiquer que la prise de NAD+ pourrait utilement compléter la prise de NMN. Pour les personnes avec un risque cardiovasculaire ou neurovasculaire élevé, garder sous la main dans la trousse d'urgence un spray nasal de NAD+ à 3gramme de NAD+ pourrait également s'avérer utile en cas de problème sérieux et en attendant les secours. Bien évidemment il ne s'agit que d'un avis personnel sur la base de notre compréhension des études animales, sans que nous dispositions encore d'études humaines.

et le NADP (nicotinamide adénine dinucléotide phosphate) ?

Les deux molécules NAD et NADP sont complémentaires et comme l'explique cet article de wikipedia, le NADP est "Très semblable au NAD, il ne diffère chimiquement de ce dernier que par la présence d'un groupe phosphate sur le second atome de carbone du -D-ribofurannose du résidu d'adénosine." Le NADP a donc deux groupes phosphates alors que le NAD n'en possède qu'un. Les 2 molécules se transforment relativement facilement l'une en l'autre, par phosphorylation pour aller du NAD au NADP et par clivage du groupement phosphate excédentaire pour revenir au NAD.

Le NAD vise préférentiellement à oxyder les composants chimiques, où le NAD+ "aspire" les électrons d'un composé à oxyder, alors que le NADP vise surtout sous sa forme NADPH à donner des électrons (rôle réducteur). C'est pourquoi il y a plus de NAD+ que de NADH et à l'inverse plus de NADPH que de NADP+ dans le milieu cellulaire. Le rôle d'oxydation du NAD+ est dit catabolique, supportant les fonctions organiques nécessitant une dépense énergétique élevé, alors que le NADP est lié aux fonctions restauratrices dites anaboliques.

La fonction réductrice du NADP est très sollicitée cas de phénomènes inflammatoires liés à l'expression accrue de la NADPH oxydase (NOX). Le Dr Mercola estime que l'apport de l'acide aminé glycine (ou de collagène riche en glycine) souvent déficitaire dans l'alimentation moderne peut modérer la surexpression de NOX, lire " Glycine Quells Oxidative Damage by Inhibiting NOX Superoxide Production and Boosting NADPH ".

Cette protection du NADP est importante car en cas d'inflammation chronique et de stress oxydatif, il devient très difficile au NADP de jouer son rôle anabolique de restauration des fonctions biologiques lors des phases de détente et de repos. La détoxication de ces espèces réactives fait notamment intervenir le glutathion qui doit être régénéré constamment par la glutathion réductase suivant le schéma suivant : GSSG + NADPH + H+ qui donne 2 GSH + NADP+ (wikipedia). Nous avions aussi évoqué le rôle bénéfique de la vitamine C par rapport à la surexpression de NOX en cas de sepsis. La vitamine C peut aussi régénérer le glutathion dans certaines conditions.

Pour les apports, la prise de NAD ou de ses précurseurs directs est a priori suffisante pour augmenter le niveau de NADP.

L'apigénine comme protecteur de la dégradation du NAD et du MNM

Compte tenu de la forte corrélation entre NAD et veillissement et la baisse du NAD avec l'âge, la question se pose de savoir si en dehors des apports en MNM et NAD on ne pourrait pas effectuer des interventions nutritionnelles ou médicamenteuses sur les facteurs cellulaires qui participent à la baisse de la production de NAD.

Il se trouve que l'on a indentifié l'enzyme CD38 comme un inhébiteur du NAD augmentant régulièrement avec l'âge. Selon wikipedia [ma traduction, sans les notes] :
"Le traitement des souris âgées avec un inhibiteur spécifique du CD38, 78c, prévient le déclin du NAD + lié à l'âge. Les souris KO CD38 ont deux fois les niveaux de NAD + et sont résistantes au déclin de NAD + associé à l'âge, avec des niveaux de NAD + considérablement augmentés dans les principaux organes (foie, muscle, cerveau et cœur). D'autre part, les souris surexprimant CD38 présentent une diminution du NAD + et un dysfonctionnement mitochondrial.
On pense que les macrophages sont principalement responsables de l'augmentation liée à l'âge de l'expression CD38 et du déclin du NAD +. Les macrophages s'accumulent dans la graisse viscérale et d'autres tissus avec l'âge, conduisant à une inflammation chronique. Les sécrétions des cellules scénescentes induisent des niveaux élevés d'expression de CD38 sur les macrophages, ce qui devient la cause majeure de l'épuisement du NAD + avec l'âge."

On voit que le CD38 a des relations avec un autre facteur du vieillissement, l'accumulation des cellules scénescentes. Comme le CD38 a des fonctions cellulaires et immunitaires utiles, on ne peut toutefois pas utiliser un inhibiteur trop agressif, il faut plutôt ramener les niveaux de CD38 vers des taux juvéniles.

Or on s'est rendu compte que l'apéginine est selon cette intéressante vidéo (en anglais) un inhibiteur de l'enzyme CD38. L'apigénine participe à ramener le CD38 à des niveaux juvéniles.

Quels produits choisir et pour quelles indications ?

Les formes liposomales de NAD+ et de NMN que je conseille chez alivebyscience sont au prix qui a baissé de 70$ pour le NMN (75 X 250mg + 40mg de resveratrol) et de 60$ pour le NAD+ (75 X 250mg + 50mg de resveratrol). Les produits sont à conserver en bouche sans avaler pour passage direct dans le sang. Les liposomes de NMN sont un peu plus acide que ceux de NAD ce qui augmente la salivation et diminue le passage direct en bouche. Mais normalement le reste passe bien dans l'intestin grèle. On se tournera de préférence vers le NAD+ sachant que sous la forme liposomale, les produits sont très largement assimilés.

Eventuellement on utilisera seul ou en plus le NMN en poudre moins couteux avec du mannitol à 37$ les 14 grammes pour limiter la salivation liée à l'acidité du MNM et favoriser l'assimilation sublinguale. A noter que le MNM de Alife by Science a une bonne stabilité chimique dans le temps.

Le NMN et le NAD+ peuvent être utilisés pour lutter contre le veillissement cellulaire et comme réparateur de l'ADN.

Compte tenu des prix encore élevés, je conseille pour les moins fortunés d'entre nous de limiter l'utilisation aux problèmes de vieillissement et encore plus spécifiquement pour les problèmes cardiaques et neurologiques où le rapport dosage efficacité est le mieux documenté. On pourra notamment tester le NAD+ liposomale pour les petits troubles neurologiques liés au vieillissement, comme les troubles de la concentration et les trous de mémoire.

Pour la trousse d'urgence, on peut aussi garder au frigo la forme nasale de NAD+.

Nous avons rajouté Alife by Science dans nos fournisseurs recommandés et mis à jour notre Liste des compléments les plus utiles.

Pour l'inhibition de l'enzyme CD38 avec l'apigénine avec un dosage suffisamment élevé, se tourner vers apigenin grapefruit extract 50mg pour 12€ les 90 capsules chez swansonvitamins. Suite à l'info sur le CD38 j'ai augmenté mes apports à 2x3 gélules / jour au lieu de 1 / j que je prenais précédemment pour ses autres effets utiles. On discute actuellement des formes chimiques à privilégier et des dosages efficaces qui pourraient être plus élevés que ceux que je propose. Mais je trouve que 6 gélules par jour (300mg), cela fait déjà beaucoup. A suivre tout de même de près en fonction de l'évolution des produits disponibles. Voir produits recommandés.

Retourner à la liste des sujets traités.

Ce site est administré par Jacques Valentin. Tous les articles présentés ici ont pour but de vous inciter à une réflexion ouverte et critique. Je ne suis pas professionnel de santé. Les articles présentant des médicaments, des compléments alimentaires, des aliments, des techniques de bien être et de santé n'ont pas pour but de vous inciter à les utiliser ou à les consommer, ni de se substituer à un avis médical autorisé! Les informations disponibles sur le site peuvent comporter des erreurs, des lacunes ou des omissions et ne visent pas à l'exhaustivité; merci d'en tenir compte lors de votre lecture. D'une façon générale, je ne peux que vous inciter à vous documenter, à prendre plusieurs avis et à faire preuve de retenue et de bon sens que ce soit en matière de médecine traditionnelle ou alternative et plus largement pour tout ce qui concerne la gestion de votre santé.

Contenu sous copyright © 2001 Jacques Valentin (ou autres auteurs suivant indications). Tous droits réservés. Aucune portion de ce site Web ne peut être copiée ou reproduite sans permission expresse. Questions et commentaires sont à adresser à gestionsante@gmail.com

Créé le 30/05/19. Dernière modification le 18/03/21.